Partagez|

Junji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
I believe I can fly !
avatar
I believe I can fly !

Masculin Balance
Âge à la mort : 36 ans
Temps passé chez Nono : 157 ans
Métier : Eunuque à la cour Impériale Chinoise de son vivant, Comploteur anti-Norbert dans la mort
Avatar : Shen, de Kung-Fu Panda
Tours de manèges : 25
Grains de sucre : 454

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Junji Sam 3 Fév - 22:35

Junji Chono

ft. Shigeo Kageyama


Cause du décès : Victime d'une fusillade dans des bains publics. Une balle dans le dos quand on se lave les cheveux, c'est pas un petit déshonneur. C'est même la grosse honte mais personne n'a fait de commentaires là dessus pendant les obsèques.
Date du décès : 27 décembre 1992.
Age au moment du décès : Dans la fleur de l'age, seulement... Ah, 27 ans, quand même ? Ouais il était pas tout jeune tout jeune non plus votre gars en fait. Il fait bien conservé quand même, il mettait de la crème, quelque chose ?
Temps passé chez Norbert : 25 longues années... et c'est pas fini. Et ça continue, encore et encore, comme il fredonne de temps en temps.
Signe astrologique : Verseau. Fier comme un paon et pas gêné pour deux sous, il vit dans son petit monde.
Genre : Il est mort dans la partie réservée aux hommes dans les bains publics alors je vous laisse déduire, mes petits détectives en herbe.

Taille : On va pas se mentir, c'est un avorton. Déjà que ses compatriotes sont réputés pour ne pas regarder de haut grand monde dans la communauté internationale, on pourrait dire que Junji est un pur produit du terroir : il n'a jamais pu toiser personne du haut de son mètre 56 et ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé.
Corpulence : On se fiche bien de lui, quand on le voit débarquer, tout petit et perdu dans des grands vêtements pour lui tenir chaud. C'est vrai qu'il a l'air plutôt fin, vu comme ça. Mais si par hasard vous le voyez un jour dans son plus simple appareil (ou sa dernière tenue d'apparat avant le grand plongeon final), vous remarquerez qu'il a passé un certain temps à s'entrainer. Des heures à courir en criant sur des hommes d'affaires endettés et à tenir les sacs de frappe dans des gymnases glauques en sous sol. Des jours à suinter sa graisse au sauna  pour sceller des contrats officieux. On ne dirait pas, mais il a des muscles sous la parka, le bonhomme. Pas de quoi faire bien mal mais certainement de quoi se défendre.
Yeux : Quand il laisse ses pensées divaguer, ses yeux noirs semblent froids, presque impitoyables. Pourtant, dès que quelqu'un entre dans son champ de vision son large sourire réchauffe ses pupilles. Ses yeux s'illuminent en permanence, que ce soit forcé ou sincère.
Cheveux : Une masse de cheveux noirs surplombent son crâne, maintenus dans une coupe au bol désuète au possible mais pratique. Il demandait toujours la même chose au coiffeur, "avec la nuque bien dégagée". C'est la seule coiffure qui semble discipliner à peu près ses mèches qui attendent la moindre goutte de pluie pour boucler.
Style vestimentaire : Man's not hot. Junji a toujours besoin d'au moins 5 couches de vêtements pour ne pas grelotter. Il a gardé un style vestimentaire très sobre avec autant de couleurs qu'un ciel d'hiver. Quelques teintes sombres de vert ou de bleu par ci par là, une écharpe qui n'est pas grise pour changer de temps en temps, mais il semblerait qu'il ai tout mis dans sa personnalité et qu'il ne restait plus rien de flamboyant pour sa garde robe.
Signes distinctifs :
On pourrait continuer de parler son physique terne et démodé longtemps, mais vous vous en fichez. Ça ne vous intéresse pas, hein ? Tout ce que vous remarquez, c'est tout ce qui trahit son ancien job.

Les petites cicatrices qui parsèment son corps, notamment celle juste à côté de son œil droit. Les égratignures sur ses poings souvent serrés. Ses mains, d'ailleurs, elles sont trop habiles, non ? Sûrement habituées à manier le couteau comme pas deux pour se venger et vous découper un nouveau sourire. Ou peut être qu'elles sont si calleuses à force de serrer une crosse de revolver, qui sait ?

Et puis ce fameux tatouage ! Cet énorme tigre qui s'étale sur tout son dos sur des arabesques colorées qui s'étendent partout, autour de ses bras, sur ses épaules, jusqu'à ses clavicules, sur ses côtes, sur ses jambes, jusqu'aux chevilles ! Une œuvre d'art tant les couleurs sont éclatantes ! Bon, vous trouvez ça un peu kitsch mais s'il n'y avait pas ça, ce ne serait pas "un vrai".

Et puis le clou du spectacle, ce qui accroche vos regards à chaque fois, ce sont bien évidemment ses doigts. Au début, vous trouviez qu'il manquait quelque chose sans pouvoir mettre le doigt dessus et puis ça vous a sauté à la figure : à sa main gauche, il n'a plus de petit doigt, à sa main droite il manque une phalange à son annulaire. Alors ça ! Top. Comment il s'est fait ça ? Choppé en train de tricher au mah-jong ? Obligé de payer une dette d'honneur au chef de clan ? Votre cœur palpite rien que d'imaginer !

Personnalité

Caractère : Avec sa dégaine de caïd, on a tendance à raser les murs quand on croise Junji. On baisse les yeux, on accélère un peu mais... Attendez il se rapproche, il vous regarde non ? Aïe, ça va faire mal... ?

Vous attendez mais rien, il vous tape simplement dans le dos avec un énorme sourire. En fait, au fond, c'est un bon gars.
...

Tout de suite après son arrivée, il était aveuglé par la haine et refusait de voir qui que ce soit. Les premiers jours, la simple vue d'une salle de bain le mettait dans des états pas possible. La seule façon qu'il a eu de s'en remettre, c'était de s'oublier totalement. D'oublier son avenir gâché, de ravaler la frustration et la rage qui l'envahissaient dès qu'il pensait à celui qui avait osé s'en prendre à son clan. Ne plus penser à tout ça. Après tout, il n'était pas le seul à se sentir malheureux, dans cet enfer. Des gens qui se sentent frustrés ou déprimés depuis qu'ils ont passé l'arme à gauche... il n'y a que ça en fait. Des gens qui n'attendent que ça, un peu d'attention. Son petit côté papa poule ressortait déjà lorsqu'il devait s'occuper des jeunes recrues mais maintenant qu'il n'est plus tenu par aucun code d'honneur, il peut laisse libre court à ses instincts protecteurs.

Maintenant qu'il n'a plus une famille à qui il doit rendre des comptes et qui demande une loyauté sans faille et un manque de scrupules, il s'en donne même à cœur joie. S'il arrive à vous mettre en confiance et à vous faire sourire, il aura réussi sa journée. ... Même quand vous n'en avez pas besoin en fait. Il est même bien collant, en fait, le gars. Vous l'avez rencontré il y a peu mais maintenant dès qu'il vous aperçoit de l'autre côté de la rue il accourt en hurlant une blague douteuse et vous salue avec autant de délicatesse qu'un boxeur.

Et puis, ses blagues sont à peu près aussi délicates que ses formules de politesse quand il vous aborde. ... Ouais il est un peu lourd en fait votre loustic, vous avez pas vraiment envie de trop trainer avec lui mais en même temps dès qu'il y a un problème c'est le premier à vous offrir des verres et à se saigner pour vous changer les idées. Il se supporte très bien à petite dose, si devenir le centre de l'attention ne vous gêne pas. Lui, en tout cas, il s'en fiche. Il ne ressent ni la gêne, ni la pudeur. Ni les émotions des gens et les tentatives subtiles de lui faire comprendre qu'il n'est pas le bienvenu. Il est à l'aise, le gars.


Tous les moyens sont bons pour se distraire et oublier son trépas tragique et honteux, notamment jouer. Junji adore les jeux en général, que ce soit les jeux de cartes, les jeux avec des pions, les paris... Il n'est pas un grand joueur mais après des années à s'entrainer, on peut dire qu'il touche sa bille sur un paquet de jeux, notamment les jeux de stratégie comme les échecs, le poker et le mah-jong. Il est aussi très bon à chou-fleur et cache cache, mais peu de gens acceptent de jouer avec lui à ces jeux là, pour son plus grand désespoir. Il est du genre très réglo, sauf quand il joue, où il triche plutôt bien. Mais il s'en sert surtout pour faire gagner ses opposants lorsqu'il sent qu'il faudrait leur remonter un peu le moral en gagnant.


Tout cela montre que lorsque l'on arrive à voir au delà de ses conversations inutiles, ses blagues immondes et son physique plutôt flippant, il aime profondément les gens et se sent obligé d'aider ceux qui l'entourent. S'il avait pu choisir une carrière plus respectable et légale, qui sait ce qu'il serait devenu ? Surement un brave gars...
Il n'est pas vraiment doué pour parler de sentiments ou pour offrir des conseils aux personnes qui prennent la peine de se confier, alors il fait ce qu'il fait de mieux : le pitre, le gars chelou, bruyant et égocentrique qui t'emmène dans des restaurants paumés. Il est souvent assez maladroit dans ses tentatives de réconfort mais fait toujours de son mieux et donne tout. Et quand tout ses efforts restent vains, il a l'impression d'avoir échoué. Car c'est en se tournant vers les autres qu'il a réussi à oublier sa mort, alors il ne vit presque plus que par ça.

Son entière existence s'est reconstruite autour du bien qu'il peut faire au monde qui l'entoure, alors il préfère ne pas trop penser au passé, à l'avenir ou tout ce qui peut le sortir de l'instant présent et l'inquiéter. Comment aider les gens si tu peut à peine te retenir de hurler ? Il a beau ignorer du mieux qu'il peut ses émotions, il ne pourra pas faire l'autruche indéfiniment.
Qualités : Il n'est pas si vieux que ça, mais il a une sacré tendance à se prendre pour une figure paternelle universelle. Il se met en quatre pour n'importe qui qui arbore une moue ou une larme au coin de l’œil. Et si on accepte son aide, on peut lui faire confiance, il est solide. Si il y a bien une chose qu'il a appris à la dure et qui est restée gravée, c'est de tenir ses promesses.
Défauts : Il est bavard comme pas deux et bruyant ! Impossible de ne pas se faire remarquer quand on traine avec lui. Et il semble ne pas comprendre lorsqu'on essaye de lui dire qu'on veut rester tranquille. Il est terriblement collant. Pire qu'un chewing-gum, ce gars. Et son sens de l'humour ? Il vaut mieux ne pas l'évoquer.
Peurs : Il a peur qu'un jour il n'arrive plus à mettre de côté la rage qui l'a envahi en apprenant sa mort. Chercher son meurtrier serait futile et stupide et contre productif. Il ne faut pas qu'il s'embarque dans ce genre d'entreprise vouée à l'échec. Surtout pas. Non. Allez, tout va bien. On passe à autre chose. On ne sait même pas qui c'est, comment pourrait-on le traquer ? En retrouvant d'ancien collègues ? Non, non... Allez, le gamin en face a l'air encore plus triste que lui, il faut aller s'occuper de lui.
Préférences : Ceux qui rient à ses blagues, même si c'est juste pour ne pas le froisser. La bonne nourriture, celle qui redonne le sourire, celle qu'on partage. Les jeux. Surtout quand il gagne, en fait. La nouveauté. Les anecdotes. Enfin, surtout raconter les siennes. Tout pour le distraire.
Antipathies : Le sel, qui ruine la vie de tant de pauvres âmes en peine ici bas. Les truands qui lui rappellent son travail de son vivant. Les vivants, d'ailleurs. Et puis ceux qui refusent de s'ouvrir et repoussent toutes ses tentatives d'aide. Les cas désespérés qui le font déprimer. Qui font trembler ses poings de colère à peine contenue.
Réputation : Le gars louche et lourd qui vous colle aux basques.
Aspirations : Tourner la page. Dit comme ça, ça parait simple, hein ? Allez lui dire en face, vous verrez.
Rapport à la mort : Rien qu'entendre le mot lui fait perdre les quelques couleurs qui parsèment son visage. La sienne, n'en parlons pas. Celle des autres, ce n'est pas mieux. Au moins, ça ne l'énerve pas particulièrement, mais ça le rend surtout triste.

Histoire

Il n'a pas eu le droit à sa mort pleine d'honneur. Même pas. Il avait donné les 10 dernières années de sa vie pour le clan et voilà le résultat ? Qu'il pleuve, qu'il neige, qu'il vente et tout ce qu'il mérite ce sont quelques formules de politesses expédiées par des lèvres serrées lors de la cérémonie ? Mince alors ! Dans le dos, nu comme un ver, les mains empêtrées dans ses mèches pleines de shampooing à la fleur d'oranger ?

Il a à peine eu le temps d'entendre des bruits assourdissants qu'il s'effondrait. A peine le temps de revoir sa vie. Et quelle vie ! Ses parents l'avaient confié à une filiale de la "maison mère" car ses études étaient un échec total et qu'ils ne savaient pas quoi faire de lui. Un fils raté sans avenir. Au moins, il serait pris en charge et on n'aurait plus à s'inquiéter autant. En quelques mois, il avait surtout appris à faire le ménage comme pas deux. Il ne s'attendait pas à ça, à vrai dire. Mais le rôle de fée du logis/larbin lui convenait. On lui avait appris les rudiments pour se battre mais il préférait de loin rester à l'intérieur pour faire à manger ou servir de chauffeur. L'apprentissage n'était pas si désagréable, bien au contraire. Il ne se sentait plus aussi inutile que lorsqu'il avait à affronter le regard de ses parents. Sa nouvelle famille, au contraire, était plutôt accueillante. Faire le chauffeur et laver les salles de bain, ce n'est pas très reluisant, mais c'est plus épanouissant que d'avoir à subir de grands soupirs désemparés venant de son père et des sourcils froncés à n'en plus finir de la part de sa mère.

On n'allait certainement pas faire de lui un grand guerrier mais il était tombé à la bonne époque.

La tendance n'était plus totalement aux combats de rue et aux luttes assassines pour le pouvoir. Plutôt aux match truqués et aux salles de jeux illégales. Et ça, c'était parfaitement dans ses cordes. Coacher les poulains du patron, souvent des boxeurs et des tricheurs, il savait y faire. Il aimait bien, même. Il fallait savoir menacer un peu de temps en temps pour motiver mais aucun travail n'est parfait, non ? Parfois, il devait même s'occuper de vrais poulains lorsque le clan décidait d'investir dans les courses. Brosser des canassons c'est pas très glorieux au premier abord mais on s'attache vite à ces bestioles et c'est un petit sacrifice pour avoir le droit de mener une vie confortable. Il fallait se battre de temps en temps, bien sur, mais ça valait tout de même le coup. Certes, il lui arrivait de se coups de couteaux et il avait du perdre quelque phalanges pour ne pas perdre la face, mais ça restait une belle vie. Bien plus que s'il avait bossé dans la supérette du coin. Il y pensait à chaque fois qu'il allait prendre un repas tout fait là bas et qu'il fixait le caissier scanner nerveusement ses articles en évitant de trop fixer ses bleus visibles. Il avait fait un choix, et il était persuadé d'avoir fait le bon choix.

Il le referait en un battement de cil. Il avait bien choisi sa vie.

Une vie qu'il n'était pas près de quitter de si tôt. On commençait à lui faire confiance, à lui laisser quelques libertés, il prenait quelques décisions lui même... Il oubliait presque que ce qu'il faisait était réprimé par la loi.

Jusqu'à cette soirée. La dernière sensation qui lui reste, ce n'est même pas un bon repas d'affaire ou l'odeur de cigares. Non. C'est peut être pour ça, que ça passe aussi mal et que ça lui reste coincé en travers de la gorge. Les dernières réelles sensations qui lui restent, c'est le carrelage glacé et humide des bains publics qui colle à sa peau. L'odeur acre des cigarettes bon marché mélangée à celle des savons de supermarché. Sa peau tuméfiée qui s'imprègne de l'eau qui goutte des robinet et se mélange à son sang et celui de ses "frères" d'adoption.
Ouais, c'est moche. Et dur à avaler.

Derrière l'écran

Prénom/Pseudo : On va en rester à Lino, les potos. (et oui l'invité avec les tonnes de questions et le pseudo nul c'était moi, rapport au signe astro 8) )
Age : 19.
Comment as-tu trouvé le forum : J'ai fait tous les partenaires d'un forum sur lequel j'étais et hop, je suis tombé sur cette petit merveille.
T'aimes quoi ici ? Le contexte est super cool, j'ai toujours eu quelque chose pour les forums "post mortem" et celui là m'a bien tapé dans l'oeil.
En vrai, c'est quoi ta team ? Team perché penchant flotte. En plus j'ai le plus nul, celui représenté au mieux par une sirène avec une carafe, dans les mauvais jours par une vieille cruche remplie d'eau et au pire par trois vaguelettes nulles. On sent le sel dans ma réponse, oui. (sel de mer La Baleine ha ha ha promis je me pends). (mais c'était un vendredi 13 alors ça rattrape !)


©️️ Le Cycle du Zodiaque


Voila voila, normalement la fiche est finie, j'ai fait un gros pâté pour le caractère avec des éléments de son histoire depuis sa mort donc j'espère que ce n'est pas trop confus. Je peux étoffer plus l'histoire s'il le faut.
Junji
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le voleur de visages - Junji Ito
» [auteur] Junji Ito
» Junji Ito maitre de l'horreur [les membres les plus jeunes rebrousser chemin]
» La maison de poupées - Junji Ito
» Spirale - Junji Ito

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cycle du zodiaque :: Fiches de joueurs disparus-
Sauter vers:
Panneau d'administration