Partagez|

Wilhelmina de Vries

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Saignant ou à point ?
avatar
Saignant ou à point ?

Féminin Bélier
Âge à la mort : 26 ans
Temps passé chez Nono : 9 mois
Métier : Super-héroïne/
Avatar : Honey Lemon
Tours de manèges : 123
Grains de sucre : 652

Voir le profil de l'utilisateur http://cycleduzodiaque.forumactif.com

MessageSujet: Wilhelmina de Vries Lun 2 Oct - 17:58

De Vries Wilhelmina

ft. Honey Lemon


Cause du décès : Wilhelmina a toujours eu une passion dévorante pour les pastèques. Se faisant régulièrement des petites séances de grignotage intensif, c'est dans son avidité et sa rapidité à gober les précieux fruits roses qu'Hel' succomba. Etouffée mais comblée.
Date du décès : 13 avril 2017
Age au moment du décès : 26 ans.
Temps passé chez Norbert : Un peu moins de sept mois.
Signe astrologique : Bélier
Genre : Féminin

Taille : 1m81
Corpulence : Longiligne
Yeux : Verts comme les prés
Cheveux : Blonds comme les blés
Style vestimentaire : Amour fou pour tout ce qui comporte du rose ou du jaune. Tendance à s'habiller de manière un peu godiche.
Signes distinctifs : Passion dévorante pour les pastèque, légère tendance à ressembler à un insecte avec ses lunettes. Dans le style phasme.

Personnalité

Caractère : Wilhelmina, c'est un rayon de soleil. Le genre de fille qui a le sourire aux lèvres du matin au soir et du soir au matin, celle qui tentera de vous convaincre qu'il faut sourire à la vie pour que la réciproque soit vraie et que c'est pas parce qu'on est mort que ça change grand-chose. Dans le genre increvable, on fait difficilement mieux que cette boule d'énergie insupportable qui a la pêche dès le réveil. C'est une période eau aujourd'hui ? Pas de problème, c'est quand même l'heure du footing et le footing c'est sacré, pluie de merde ou non. C'est une fana de karaoke comme on n'en fait plus malgré sa voix enchanteresse proche d'une casserole (pardon à toutes les casseroles) et elle parviendra souvent à vous trainer dans son sillage pour aller pousser la chansonnette. Décidée à répandre la joie et la bonne humeur dans tout le Cycle du Zodiaque.
Mais peut-on vraiment cantonner Mina dans le rôle de la pauvre cruche insupportable ? Car après tout, derrière ses sourires, sa belle énergie et cette envie de vous rendre heureux, se cache une facette beaucoup plus sombre du personnage. Une de celles qu'on ne veut pas découvrir parce qu'elle est bien trop abîmée. Si Wilhelmina semble heureuse, il n'en est rien en réalité. La mort l'a rendue amer et avide de vie, elle serait prête à tout pour remettre ne serait-ce qu'un orteil dans le monde des vivants. Mina donne le change mais rien ne pourra jamais la changer, entre ses crises de stress post-traumatique et sa haine pour tout ce qui est vivant à sa place, l'âme de Mina est bien plus meurtrie qu'on ne le croit. Alors gaffe à vos fesses, vous ne voudriez pas terminer en brochette grillée...
Qualités : Joyeuse, dynamique, créative, intrépide, adore tenter de nouvelles expériences et n'a pas peur d'essayer les trucs les plus foireux, masque tout assez facilement derrière un sourire.
Défauts : Un brin trop zélée, épuisante, humour pourri, a le mensonge facile pour votre "bien", reste facilement campée sur ses positions, assez jalouse, fausse, manipulatrice.
Peurs : Que le Zodiaque tombe à court de pastèques, que sa famille l'oublie ou la remplace.
Préférences : Les pastèques, le rose, les Cosmopolitan, faire la fête, les pastèques, le jaune, les super-héros, les animaux, les gens, l'eau assez paradoxalement, le chant et les karaoke, la vie.
Antipathies : Le noir, le sel, les gens qui s'amusent à faire du mal, les assassins, ceux qui n'aiment pas sourire, les gens qui chantent mieux qu'elle au karaoke, le café, les vivants, Chatmallow.
Réputation : Epuisante jeune femme.
Aspirations : Devenir la sidekick de Super Cailloux, défendant ainsi le Cycle du Zodiaque contre les forces du maaaaaaaal... pour ensuite devenir la première super-méchante de CDZ.

Histoire
Pastèque. Tu te souviens de ce mot, de ses couleurs, de son goût. Il y a du rose, de la délectation et puis la douleur aussi. Indéfinissable mais immense. La gorge nouée, les larmes qui perlent au coin des yeux, comme si quelque chose n’allait pas. Et pour cause : tu es morte. Ça te fait un drôle de goût dans la bouche, cette constatation. Tu n’as pas l’impression de ne plus être vivante, bien au contraire ! tu ne t’es jamais sentie aussi bien, aussi entière. Et puis la douleur frappe à nouveau, tu suffoques, t’agrippes vaguement à un tissu avant de t’écrouler au sol, manquant d’air. Tu agonises lentement et personne ne semble disposé à venir à ton secours. Ton corps est secoué de spasmes et tu voudrais mourir tant le manque d’air t’es insupportable, cette sensation de vie qui te quitte doucement sans que tu ne puisses rien y faire. Alors tu pries pour mourir plus vite. Tu ne pensais pas que quitter ce monde était aussi long, que c’était plus rapide que de s’endormir et, de fait, ce qui te semble durer des heures ne fait pas plus de quelques secondes en réalité. Soudain, l’air revient, et tu l’aspires goulument, avec avidité comme une toxico en manque.

Tu viens de vivre ton premier épisode de stress post-traumatique et ce n’est que le premier d’une longue liste. Cette mort tragique qui t’a arrachée à la vie n’a pas terminée de t’en faire voir de toutes les couleurs.

Ça fera mal au début, puis tu t’y habitueras. Doucement mais sûrement. Bientôt, la douleur et les souvenirs disparaitront pour simplement faire place à ton hyperactivité habituelle. Et tu recommenceras à vivre. Doucement mais sûrement. En attendant, tu te remets tant bien que mal de ta crise et une main t’aide à te relever. Tu avises le nouveau venu, un vieillard à barbe portant une tenue bizarre et un chapeau en forme d’ananas sur le crâne. Tu te demandes si c’est cet effet-là que fait la mort : une série d’hallucinations pour l’éternité ? L’ananas t’explique que tu es belle et bien morte. Ça te fiche un coup, l’air de rien. Tu t’y attendais, tu savais que cette pastèque n’était pas passée, mais de savoir que tu n’es désormais rien de plus qu’un corps inanimé sur le sol froid d’une cuisine, ça te fait quelque chose. Tu te demandes qui t’a trouvée dans cet état. Probablement ton chat. Ta merveilleuse petite boule de poils qui a forcément voulu te ranimer à grands coups de lapées sur le nez. Puis ta mère. C’est toujours elle qui rentre en premier à la maison. Ta pauvre petite maman. Elle a l’esprit fragile, la nouvelle va l’achever. Et ton père, il risque de ne jamais s’en remettre. Lui qui t’appelait « mon trésor », il va enfin pouvoir t’enterrer pour te garder à jamais. Tu espères qu’ils mettront des lys blancs sur ta tombe, tu as toujours trouvé ça tellement chic. Et qu’ils auront eu le bon goût de choisir un cercueil sobre en bois nu et simplement rectangulaire. Tu n’aimes pas tous ces bout de bois laqués et sombres en forme « parisienne », tu préfères les coffres.

Tu es morte. Tu roules la phrase dans ta bouche, tu la laisses occuper tout l’espace et tu as l’impression de ne pas bien réaliser. Ça laisse un goût amer, surtout de penser que tu vas gire six pieds sous terre pour le restant de tes jours dans un cercueil qui va pourrir. Tu te feras ronger par les asticots avant de redevenir poussière. Mais tu ne veux pas. Ça doit être une erreur ! Qu’ils te regardent, tu es là ! Là ! Bien vivante ! Ils ne peuvent pas te mettre dans une boite ! C’est sale. Laid. Bruyant. Tu ressens presque un besoin viscéral et urgent de t’éloigner de tout ça rapidement. Tu donnes une tappe sur la main du vieillard pour l’éloigner de toi et tu recules aussi loin que possible. Il faut qu’ils te laissent sortir. Il faut absolument qu’ils comprennent leur erreur ! Tu sombres dans des cris hystériques avant de te faire assomer par un ananas.  Quand tu te réveilleras, tu seras dans une chambre, la 468.

Ça fait deux mois. Deux mois que tu regardes et que tu passes parfois tes doigts au travers de la fenêtre, à observer ton lieu de mort. Ta mère semble aller mieux, elle ouvre un paquet de croquettes pour nourrir ton chat et Chatmallow, une sale bête qu’elle a adoptée récemment. Ce chat, tu ne l’aimes pas, tu as l’impression qu’il te remplace. C’est à lui qu’elle fait la lecture de l’horoscope chaque matin. Avant, c’était votre truc à elle et toi. Elle s’amusait à regarder ce que la vie te réservait de beau pour la journée pendant que tu prenais tes céréales dans ton bol Ariel préféré. La seule fois où elle ne l’avait pas fait, tu avais six ans et tu avais piqué une crise terrible. Alors depuis elle te lisait ton horoscope. A toi. Pas à cette sale bête. C’est vrai que tu es jalouse. Jalouse de la vie de cet animal que toi tu n’as plus. Jalouse du réconfort qu’il procure à ta mère. Tu te consoles en la voyant parfois pleurer toute seule en regardant ta chaise. Et c’est mal, c’est terrible, mais ça te fait du bien.

Tu observes ton père aussi, dans cette cuisine. C’est fou ce que tu le trouves diminué. Il a perdu beaucoup de poids ces derniers mois, ses joues commencent à se creuser. Ça te fait un pincement au cœur quand il passe une main sur les épaules de ta mère : tu as l’impression de les rendre malheureux alors que tu ne l’as jamais souhaité. C’est vrai que tu n’as jamais été particulièrement brillante, que tu étais plus douée pour ne rien foutre de tes journées que pour faire de brillantes études mais jamais au grand jamais tu n’as eu l’impression de les rendre malheureux. Jamais. Alors tu te détaches peu à peu de cette fenêtre qui t’obsèdes. Parce que ça te fait mal de les voir comme ça. Mais tu y reviendras, comme toujours.

Aujourd’hui, ils regardent les albums photos, avec un sourire triste. Ils laissent parfois filtrer un petit rire, comme pour cette photo de la fois où tu avais décidé de construire un château dans le jardin avec uniquement du papier toilette. Tu te souviens à quel point tu avais râlé quand il s’était mis à pleuvoir, alors que la construction touchait à sa fin. Et puis cette fois où tu avais peinturluré le chien avec du beurre de cacao, parce qu’il passait dans le coin et que c’était fun. Parfois, ils ont un sourire attendri, notamment pour celle où tu câlines amoureusement le bébé chat que tu viens de recevoir, le couvrant de baisers tellement il était adorable avec cette petite tache blanche sur la gorge. Dire qu’au départ tu voulais un chat blanc et que quand tu as vu celui-là, tout petit et délaissé par les autres, tu avais décidé que celui-là, ça serait le tien. Quand tu penses que le vétérinaire avait dit qu’il allait mourir, ce vieux con ! Dire que c’est toi qui es partie en premier finalement… Allez, c’est tout pour aujourd’hui, tu n’en peux plus de ressasser le passé.

Tu t’es réveillée de bonne humeur ce matin. Pour une fois, tu n’as pas eu de crise alors tu t’es décidée à faire un truc de dingue : tu as mangé une pastèque. Et dieu que ça t’avait manqué cette petite chose. Le goût, la couleur, l’eau qui gicle dans ta bouche, les pépins qui craquent sous tes dents… Tout. Tu sors peu à peu de ta morosité, le sourire regagne tes lèvres et tu décides que tu t’es suffisamment morfondue pour le restant de tes jours. Tu pètes le feu – littéralement – et un petit footing te fera le plus grand bien ! Tu t’es même décidée à t’habiller aujourd’hui, adieu pyjama tout doux, et ton voisin a eu une attaque quand il t’a vu coiffée,  tout persuadé jusqu’à présent que tu étais un yéti.

Tu es désormais un véritable rayon de soleil, parlant de ta vie géniale à qui veut bien l’entendre et même à celui qui ne veut rien savoir ! Comment tu t’es fait cette cicatrice bizarre sur le poignet en tombant d’un mur quand tu avais huit ans, ta passion pour les cactus qui t’es venue après que ta seizième plante en pot ait succombé une fois de plus, à quel point tes débuts en danse classique ont été catastrophiques et pourquoi tu as finalement préféré te lancer dans la natation puis, par après, dans le chant lyrique malgré ta voix merdique, ton amour à la vie à la mort pour les pastèques que tu adorais tout particulièrement manger après tes cours de plongées, le fait que tu détestes les moulins et encore plus les tulipes malgré tes origines et combien tu aurais aimé avoir un petit frère ou une petite sœur. Ils savent tout. Sauf peut-être que, parfois, tu retournes voir ta cuisine. Juste pour voir. Mais ça, c’est un secret. Parce qu’il faut donner le change. Sourire. Rire. Montrer que rien ne t’atteint, que la vie est belle et non pas qu’on a envie de fracasser la tête de l’interlocuteur contre un mur. Et tout ira pour le mieux dans le plus parfait des mondes.

Derrière l'écran

Prénom/Pseudo : Cydz
Age : 23 ans
Comment as-tu trouvé le forum : Fonda ~
T'aimes quoi ici ? Ben tout, obviously /MEURT/
En vrai, c'est quoi ta team ? Barbec' dans la vie comme dans la mort


©️️ Le Cycle du Zodiaque
Norbert le magnifique
avatar
Norbert le magnifique

Tours de manèges : 84
Grains de sucre : 507

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wilhelmina de Vries Sam 14 Oct - 18:30


Validation de Wilhelmina de Vries


Bienvenue chez nous Ah, tiens, une nouvelle ! Moi qui espérais pouvoir passer une heure ou deux tranquilles à siroter des Piñas Coladas tranquillou au bord de la piscine en écoutant du AC-DC... Enfin bon, puisque tu es là, autant y aller, hein. Alors, fais voir ta trombine ? Tu es morte en... mangeant une pastèque ? Vraiment ? Eh bé... Excuse-moi si j'éclate d'un grand rire moqueur, mais c'est quand même pas banal, comme mort ! Enfin, pas que je veuille être indélicat ou quoi, hein, bien sûr. Bref, c'est tout bon, tu es en ordre. Voilà la clef de ta piaule et, rassure-toi, ici, tu ne cours aucun danger : on n'aime que les ananas !



Tu finis chez les Barbecs, petite Robin en devenir !



→ Te voilà désormais validé ! Avant d'aller plus loin, je te conseille de venir nous laisser un mot doux dans le règlement puis d'aller éventuellement faire un tour du côté de ton journal intime pour garder une trace de tous tes amis et des tes aventures. Tu peux également aller du côté des autorités locales si jamais tu désires postuler pour ce mois-ci. Pour finir, nous avons un concours cette semaine-ci, alors n'hésite pas à y jeter un coup d'oeil histoire voir.

Le mot de la fin :
Eh ben c'est pas trop tôt, hein ! La fonda qui met une semaine et demi à finir sa fiche, bravo, l'exemple vient d'en haut ! Envraijeplaisantenemevirepass'ilteplaîtQAQ. Bon, je ne te dis pas quoi faire ni ou aller, tu connais la bête un peu mieux que n'importe qui ! Par contre, je ne résiste pas à l'envie de te souhaiter la bienvenue parmi nous, juste pour le plaisir de troller paisiblement <3


Le Cycle du Zodiaque

Saignant ou à point ?
avatar
Saignant ou à point ?

Féminin Bélier
Âge à la mort : 26 ans
Temps passé chez Nono : 9 mois
Métier : Super-héroïne/
Avatar : Honey Lemon
Tours de manèges : 123
Grains de sucre : 652

Voir le profil de l'utilisateur http://cycleduzodiaque.forumactif.com

MessageSujet: Re: Wilhelmina de Vries Lun 20 Nov - 22:54

ma prédiction du moment /o/
Norbert le magnifique
avatar
Norbert le magnifique

Tours de manèges : 84
Grains de sucre : 507

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Wilhelmina de Vries Lun 20 Nov - 22:54

Le membre 'Wilhelmina De Vries' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Prédictions (staff)' :
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Wilhelmina de Vries

Wilhelmina de Vries
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» De Vries (Hallum)
» [Juin 2013] Pullip Wilhelmina / Dal Lyla
» Wilhelmina [Living Dead Doll]
» [V] Pullips Ririko - Chelsea • Dals NÉGOCIATIONS POSSIBLES
» [Ball, David] La prisonnère de Malte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
cycle du zodiaque :: Administration :: Bureau des admissions :: Epitaphe :: Morts vaccinés-
Sauter vers:
Panneau d'administration